Un jardin sur ordonnance !

A l’ heure où le manque de nature est de plus en plus présent, où les confinements successifs ne font qu’accentuer ce besoin profond et vital de connexion/reconnexion à la nature.

Les parcs, les bois et forêts voire les cimetières sont devenus depuis plus d’un an nos poumons verts ! Lieux essentiels à notre bien-être mental, physique et social.

Cependant, tout le monde n’a pas la chance de résider prêt d’un petit paradis.

C’est pourquoi, vu le nombre de bénéfices rendu par le jardin et par la nature en générale, nous sommes en droit de nous demander : « pourquoi les médecins ne prescrivent pas des ordonnances « jardin » » ?!

D’après une étude publiée par le Département de la santé britannique en 2014, l’extension des espaces verts dans les hôpitaux pourrait réduire les coûts de santé de plus de 2 549 394 millions d’euros *!

 De quoi aider la sécurité sociale !

Plus récemment, au Canada, à Ontario plus précisément, depuis février 2021, « les fournisseurs de soins de santé peuvent offrir des ordonnances pour la nature. »**

Le programme Park Prescriptions s’inspire de Park Rx, mis en place dans le parc national Golden Gate en Californie.

« Le programme PaRx (Park Prescriptions) a suscité un intérêt incroyable, puisque près de 500 prescripteurs de neuf provinces et territoires se sont inscrits depuis son lancement il y a moins de trois mois », explique M. Lem.

La plupart des prescripteurs inscrits sont des médecins de famille, suivis par des oncologues, des médecins urgentistes, des psychiatres et des infirmières.

« Nous avons également des psychologues, des physiothérapeutes, des pharmaciens, des ergothérapeutes, des chiropraticiens et des naturopathes inscrits ».

En Grande-Bretagne, le NHS, a récemment créé  un projet pilote de « prescriptions vertes ». Les objectifs sont d’améliorer les résultats en matière de santé mentale et de réduire les inégalités en matière de santé. ***

Ce projet s’appuie notamment sur « un programme écossais permettant aux médecins de prescrire la marche en plein air; des médecins de Manchester qui prescrivaient des soins des plantes et du jardinage aux patients souffrant d’anxiété, de dépression et de solitude; un projet de prescription sociale à Rotherham qui a abouti à une réduction de 13% des visites aux urgences sur une période de 12 mois. »

« Le Wildlife Trust, une organisation à but non lucratif qui gère des projets de conservation de la nature pour les personnes souffrant d’anxiété, a constaté que ses projets spécialisés en matière de santé ou de besoins sociaux, qui connectent les gens à la nature, ont un rendement social de 6,88 £ pour chaque 1 £ d’investissement. »

La Nouvelle-Zélande et le Japon ont également des initiatives de prescription sociale verte.

Pas étonnant au vu du nombre de bienfaits que la nature et le jardin apportent !

Les principaux sont la régulation de la pression artérielle, le diabète, la santé mentale et le renforcement de la réponse immunitaire.

Ainsi qu’une meilleure concentration, une meilleure qualité de sommeil  apportant un sentiment de mieux-être voire de bien-être.

Améliorer sa santé physique, mentale et sociale est donc possible grâce au Jardin !

Alors pourquoi se priver ?

Et quand un tel programme sera-t-il disponible en France ?

Audrey Hennequin

Sources :

 *Pascale D’Erm auteur de Nature / Pourquoi la Nature nous soigne…et nous rend plus heureux

** https://www.thestar.com/news/gta/2021/02/22/ontario-doctors-set-to-turn-over-a-new-leaf-with-program-that-lets-them-prescribe-nature-to-ailing-patients.html

***https://ichi.pro/fr/un-service-de-sante-naturelle-nous-aiderait-il-a-mieux-reconstruire-130705271143446

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *