Accueillir la biodiversité au jardin

Avec l’arrivée des beaux jours, nous voyons « fleurir » dans les jardineries «  les accessoires : hôtels à insectes ».

Cependant, un abri à auxiliaires est bien loin d’être un accessoire ! Il est un des éléments qui favorise la biodiversité.

Donc en plus de pratiques respectueuses de l’environnement, de plantes mellifères et adaptées à votre site,  vous pouvez installer des « hôtels à auxiliaires ».

A la fois extrêmement utiles et très esthétiques, ils donneront du caractère à vos extérieurs. Ils peuvent être de toutes les tailles, de toutes les formes et surtout pour tous types de jardin. Que vous soyez plutôt « champêtre », ou plutôt « méditerranéen » et même « sous-bois », un abri à auxiliaires trouvera forcement ça place chez vous ! Même si vous disposez d’une petite surface.

Si vous ne possédez pas d’extérieur, le rebord de votre fenêtre fera parfaitement l’affaire !

Vous pouvez les réaliser vous-même ! Il faudra bien sûr respecter quelques règles, mais une fois les bases acquises, vous pourrez vous aussi contribuer à la protection de la biodiversité, alors n’hésitez pas !

Pour vous aider dans votre démarche de jardin accueillant, je vous propose plusieurs pistes.

La pyramide de pierres

En plus d’être un élément architectural qui structure et donne une dynamique à votre extérieur, la pyramide de pierres est un élément qui contribue à apporter de la vie à votre jardin.

En effet, les oiseaux peuvent se poser à son sommet, les interstices procurent un abri aux insectes et selon sa taille, elle peut abriter des petits mammifères, reptiles et batraciens.

De plus, les pierres emmagasinent la chaleur, ce qui crée un microclimat que bon nombre d’auxiliaires apprécient au printemps !

N’utilisez pas de mortier ni de béton. Installez les pierres les unes sur les autres. Et bien sûr, utilisez des pierres locales ou encore mieux, celles de votre terrain ! Inutile d’aller en acheter !

Le sandarium

Avant tout, un sandarium, qu’est-ce que c’est ?

Pour être très synthétique, un sandarium est un espace orienté plein sud, composé de sable pas trop fin (il ne faut pas que les galeries s’effondrent) et libre de végétation (qu’il faudra entretenir, c’est-à-dire désherber). Il est généralement ceinturé de bois mort ou de pierres (qui offrent refuge à d’autres auxiliaires) et se trouve à proximité de plantes comme le thym, le millepertuis et sedums et bien d’autres !

Donc maintenant, pour qui ?

Les  3/4 des abeilles sauvages nichent au sol. Elles creusent des trous / galeries pour pondre.

Donc pour ELLES, nos abeilles sauvages, sans qui nous n’aurions pas grand-chose à manger !

Des troncs et du bois mort

Le bois mort est également un élément pouvant structurer vos massifs.

Il suffit de les mettre en scène afin de composer votre tableau vivant !

En plus d’apporter une « touche esthétique » et de personnaliser votre extérieur, le bois mort est un formidable support de vie !

Vous remarquerez que petit à petit la vie s’installe, des champignons, des mousses et des lichens mais également des insectes (des coléoptères). Ce qui attirera les oiseaux en quête de nourriture.

Pour confectionner ces lieux de vie, vous pouvez utiliser du bois mort, des branches mortes mais aussi des souches…

Des plantes hôtes pour les papillons

L’argus bleu (Polyommatusicarus)

Si vous souhaitez que l’Argus bleu intègre votre jardin, il vous faudra installer des plantes hôtes de la chenille, ce sont celles  de la famille des Fabacées comme le trèfle blanc, la luzerne cultivée ou encore le lotier corniculé.

Mais vous pourrez également attirer ce sublime papillon bleu  grâce à la lavande, le thym et la mélisse.

De quoi ravir les sens !

Le Petit sylvain (Limentiscamilla)

Les jardins champêtres auront la chance d’apercevoir le Petit sylvain, sa plante hôte étant le chèvrefeuille des haies.

Les amoureux de cette grimpante pourront jouir de son parfum si délicat et contribuer la biodiversité.

En espérant vous avoir donné des idées et des inspirations pour rendre vos extérieurs encore plus accueillants !

Audrey Hennequin

Sources :

Des papillons dans mon jardin de Bruno P. Kremer

www.hortus-france.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *