Concepteur d’espaces à vivre

Accueil > Blog

Comment aider la faune sauvage de nos jardins en hiver ?

-

Dans un milieu modifié par l’homme comme dans les zones urbanisées, les milieux sont fragmentés et les ressources alimentaires sont amoindries. Les chaînes alimentaires sont perturbées voire complètement rompues.

C’est pourquoi, il est alors essentiel de préserver et/ou restaurer l’accès aux ressources alimentaires naturelles pour aider la faune sauvage : fleurs sauvages, arbres fruitiers, arbres morts, fagot de bois, murs en pierres sèches etc., sont autant d’éléments nourriciers pour nos amis des jardins (les insectes, les oiseaux, les petits mammifères...). Vous pouvez également disposer en complément, quelques mangeoires pendant l’hiver, c’est une aide supplémentaire pour les oiseaux pendant une période où les ressources sont moins présentes.

Pour cela, plusieurs solutions existent !

Tout d’abord, laissez pousser les plantes spontanées et diversifiez les strates végétales. Les meilleures ressources sont celles qui poussent spontanément ! En effet, les fleurs sauvages et herbes hautes fourniront pollen et nectar à de nombreux insectes. Vous pouvez donc installer un carré pour la biodiversité et/ou une haie champêtre (constituée d’essences indigènes, parfaitement adaptées à la faune) dans votre jardin et aux conditions pédoclimatique de votre espace.

En effet, les insectes se nourriront du bois et/ou de la matière végétale et les oiseaux se nourriront de ces derniers mais également des fruits, des baies et des graines.

-


En installant des arbres fruitiers, à baies ou à graines aux essences locales, (si la superficie de votre jardin le permet), vous pourrez planter par exemple : les poiriers, pommiers, figuiers, églantiers, aubépines, fusains d’Europe, cornouillers sanguins, sorbiers des oiseleurs, sureaux noirs, noyers, noisetiers…

Il existe quantité d’essences indigènes spécifiques à chaque région ! C’est pourquoi il est intéressant de contacter les pépinières "végétal local" qui pourront vous renseigner sur les végétaux indigènes les mieux adaptés à votre situation (sol, exposition, climat).

-
-
-

En créant cet écosystème, vous participez à la création d’une chaine alimentaire !

-

Vous pouvez également disposer ou tout simplement laisser des petits tas de bois mort. Le bois mort, regorge de vie ! Tout en offrant une ressource alimentaire ! Certains insectes les « saproxylophages » ne se nourrissent que du bois mort en décomposition. En laissant ces derniers s’installer dans votre jardin, vous aurez peut être la chance d’apercevoir des pics. En effet, ils raffolent de ces insectes.

-
-
-
-
-
-
-
-
-

Pensez également au Lierre, c’est une ressource alimentaire extraordinaire ! Le lierre procure à lui seul, le gîte et le couvert ! Grâce à son feuillage persistant, sa floraison tardive (septembre-octobre) et sa fructification en hiver, c’est votre allié au jardin, conservez le !

-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Une fois vos installations mises en place, il ne vous reste plus qu’à admirer le spectacle !

Audrey Hennequin

-
-

Pour plus d’information sur la marque "végétal local" : https://www.vegetal-local.fr/